Article dans CCI Mag (10/12/2017)

Portrait par Jacqueline Remits

Be-Lodge

Des pavillons modulables, polyvalents et innovants

 

Il manque un local polyvalent à votre entreprise ? Le jeune ingénieur Bertrand Marot a créé un concept innovant de pavillons modulables et transportables. Sa start-up Be-Lodge, dans le Namurois, fabrique ces lodges en atelier et ceux-ci sont alors livrés prêts à l’emploi. Des solutions d’espaces souples dans une logique de développement durable.

 

En entamant sa carrière dans la construction traditionnelle, Bertrand Marot se rend vite compte que l’ajout d’une annexe classique entraine une série de contraintes (terrassement, différents corps de métier, implantation définitive, etc.). Ce constat lui donne alors l’idée d’un projet innovant permettant d’en supprimer un maximum. « J’ai suivi des formations sur la créativité, commence-t-il. Au départ, je voulais me lancer comme entrepreneur général et réaliser des annexes. Au cours d’un brainstorming, quelqu’un m’a lancé en boutade : ‘pourquoi pas des annexes pour installer les grands-parents au fond du jardin ?’. De là, est partie, en 2016, l’idée de créer des pavillons sur mesure totalement réalisés en atelier et qui arriveraient prêts à l’emploi chez le client. L’idée ne se limitait plus au logement de personnes, mais s’élargissait à des projets très variés. »

 

Le concept est simple. Une base standard de pavillons est déclinable sous différentes formes grâce à sa charpente métallique spécialement conçue et une ossature en bois. Ce principe structurel permet d’être adapté à presque toutes les dimensions. Le lodge peut devenir pool-house, bureau, cabinet médical, espace polyvalent pour entreprise, salle de sport ou de musique, chambre d’hôtes, loft, extension de maison… Le produit est souple par la possibilité d’adapter ses dimensions par sa charpente métallique spécialement conçue. Les matériaux qui le composent, intérieur et extérieur, peuvent être choisis. De multiples possibilités de commodités sont envisageables (cuisine équipée, sanitaires, jacuzzi, sauna, etc.).

 

D’un endroit à l’autre

Ces lodges, totalement déplaçables, peuvent être déposés seuls ou joints à d’autres. Il est également possible d’ajouter des roues et un timon à la charpente afin de les déplacer comme une caravane résidentielle. « D’une dimension minimale de 3,5 m sur 3,5 m, ils peuvent être agrandis jusqu’à 12 m pour la longueur et 4,25 m pour la largeur. Leur structure inférieure est composée de profils d’acier. Pour l’extérieur, nous proposons des bardages standards en bois, panneaux composites ou métalliques. »

 

Un pavillon témoin a été construit. Il sert de cabinet de kiné provisoire. Be-Lodge vient de réaliser un pavillon de vente pour une importante entreprise de construction. « Ce pavillon sera déplacé de chantier en chantier. Il pourra être placé, par exemple, devant le chantier d’un immeuble à appartements en construction. En fin de construction, il sera à nouveau déplacé sur le chantier afin que des clients potentiels puissent y découvrir une cuisine d’exposition. »

Be-Lodge cible les entreprises (pavillons de vente, bureau…), les professions libérales (cabinet médical, paramédical…) et des acteurs du secteur touristiques (chambres d’hôtes). « Le gros avantage est d’avoir un cabinet ou un bureau posé à côté de chez soi, qui arrive en une seule fois et ne nécessite pas de travaux pendant des mois. Le jour où l’on déménage ou qu’on arrête sa profession, on le revend, le reloue ou le déplace. On démonte les finitions intérieures du lodge et on les réadapte à la nouvelle affectation. »

 

A court terme, l’objectif de Bertrand Marot est de réaliser 10 pavillons par an, à plus long terme, une cinquantaine. Une designer ainsi qu’un bureau d’études travaillent pour Be-Lodge. « Je m’occupe de la conception, de l’étude et de la réalisation, précise le jeune entrepreneur. Je participe à un maximum de salons, comme Batimoi en janvier au Wex de Marche-en-Famenne. Cela me permet de me faire connaître et m’a déjà apporté pas mal de projets pour début 2018. »

 

Lien vers l’article complet : httpcdn.ccilvn.beccimagdecembre2017est.pdf

 

CCIMAG