Article dans RND (17/02/2016)

Le marché des annexes est en croissance continue. Et pour cause, qui n’a jamais rêvé de créer une pièce de vie supplémentaire ? Que ce soit un atelier personnel ou un lieu de détente… un local professionnel ou une chambre d’hôtes… tout est imaginable.

Après quelques années passées notamment au sein d’une entreprise générale de construction, un jeune ingénieur wallon, Bertrand Marot, a senti qu’il y avait là un marché

potentiel. Illico, il crée sa propre entreprise et, épaulé de son architecte d’intérieure Harmony Kirten, il se spécialise dans ce créneau en proposant rapidement une gamme de pavillons : les lodges.

L’air de rien, ce parallélépipède rectangle regorge d’astuce et de soin… de quoi, pourquoi pas, en faire sa résidence principale !

Bertrand Marot est de ces entrepreneurs dont la fougue et l’énergie sont communicatives. Quatre ans dans la construction « traditionnelle », il apprend le métier et il en entrevoit déjà les limites. Il faut qu’il passe à autre chose…

« Très vite, je me suis posé des questions : on construit des ouvrages qui sont voués à rester, immobiles, alors que nos besoins vont évoluer… est-ce sensé ? On déplace chaque jour des équipes et des matériaux sur un chantier… n’est-ce pas une perte de temps ? Les conditions climatiques, notamment les intempéries, vont compliquer les travaux… Ne pourrait-on pas travailler autrement ? ».

L’entrepreneur crée Be-Lodge avec une ambition : « créer une construction design, flexible, mobile, totalement réalisée en atelier, réutilisable et produite dans des délais très courts ».

 RÉFLEXION ARCHITECTURALE

Bertrand Marot et Harmony, la designer, se sont beaucoup investis dans le design de leur lodge. « On voulait quelque chose d’épuré qui permette une intégration facile en toute situation ».

À l’extérieur, trois éléments flattent le regard. Le bardage clair et légèrement ajouré allège le bâti et lui permet de se fondre dans son environnement. De larges baies vitrées, aux croisillons sombres, tranchent avec la vêture et apportent une touche « haut de gamme ». Une astucieuse pergola embrasse la structure, une fierté pour ses concepteurs…

« Nous avons imaginé une solution de pergola, fixe ou mobile, afin de casser l’aspect cubique du lodge. Cette pergola est un atout esthétique qui dynamise le pavillon. C’est aussi un élément de confort car elle sert de pare- soleil. C’est enfin un élément d’intimité car elle va couper court aux regards extérieurs ».

À l’intérieur, le lodge est capable de s’adapter à toutes les demandes. D’abord, par la taille. « Les lodges sont réalisés sur-mesure et offrent de 15 à 50 m2 de surface utile. Si ce n’est pas suffisant, rien n’empêche d’en prendre plusieurs  et de les joindre ! ». Côté agencement, c’est également suivant les désidératas du client. « Nous pouvons fournir un espace unique ou proposer, par exemple, l’ajout d’une salle d’attente à un professionnel. Le lodge peut également être raccordé à un bâtiment existant via une baie ou un couloir, tout comme une annexe traditionnelle. ». Enfin, trois degrés de finition sont au catalogue, « allant du gros oeuvre fermé à la formule tout inclus avec mobilier sur-mesure, en passant par une version intermédiaire où il ne restera plus qu’à installer ses propres meubles ».

 RÉALISATION TECHNIQUE

La structure inférieure de chaque lodge est constituée d’un châssis métallique. « Cela exonère la structure d’une dalle béton puisque quatre appuis suffisent, sous forme de plots béton ou de pieux vissés façon pilotis ». Les murs, le plancher et le plafond sont réalisés en ossature en bois afin d’éviter tout pont thermique.

L’isolation fait intervenir une laine de roche. À terme, ce maté- riau pourra être remplacé, sur demande, par une formule 100 % écologique.

« Comme pour la structure, seuls des matériaux de haute qualité ont été retenus pour les parties visibles ». Le bar-

dage, en sapin traité naturellement, ne nécessite pas de trai- tement durant un minimum de 10 ans. Idem pour la pergola, également en résineux, elle bénéficie d’un traitement spécifique pour lui conférer sa teinte sombre.

À l’intérieur des lodges, les parois accueillent en finition une toile tendue, un matériau aux avantages insoupçonnés. « Malgré les larges baies vitrées, l’acoustique intérieure est  exception-  nelle car la toile absorbe les ondes  sonores.  En  plus,  elle  peut être imprimée suivant la volonté du client, de quoi se créer un environnement intérieur très personnel ! ».

Dernier point, et pas des moindres, ce lodge constitue une référence en terme de mobilité. Arrivé sur site, quelques heures suffisent pour l’installer et le raccorder au réseau. De quoi être opérationnel en un minimum de temps… mais aussi de quoi varier les plaisirs : une fois à droite de la maison, une fois derrière…

 
   

Source et article complet : RND